Accueil 
Zeppelin - Immigration - Les Poilus - Titanic 2012 - Indiscrétions 
Evénement - Fiction - Coup de Projecteur - Biographie choisie  -  Publications  -  Archives  -  Contact 
Acceuil.htmlImmigration.html1418.htmltitanic.htmlindiscretions.htmlevenement1.htmlfiction.htmlcoup_de_projecteur.htmlBiographie_choisie.htmlpublications.htmlarchives.htmlcontact.htmlshapeimage_2_link_0shapeimage_2_link_1shapeimage_2_link_2shapeimage_2_link_3shapeimage_2_link_4shapeimage_2_link_5shapeimage_2_link_6shapeimage_2_link_7shapeimage_2_link_8shapeimage_2_link_9shapeimage_2_link_10shapeimage_2_link_11shapeimage_2_link_12
ZEPPELIN 
SORTIE LE 15 FEVRIER 2017
Zeppelin
et
l’incroyable histoire des dirigeables géants

A l’instar des paquebots transatlantiques des années folles, les dirigeables ont servi les ambitions politiques de bien des nations en quête de prestige et d’influence internationale. Comme eux, ils furent des mythes voués à la disparition, le fruit d’une technologie dont l’histoire a retenu la romance plutôt que la facétie scientifique. Ce géant du ciel conserve donc l’image d’un monde décalé, celle d’une ambassade surannée de la société occidentale, comme une parenthèse dans la conquête du ciel par l’homme.
Son histoire, qui a commencé en France à la fin du XVIIIe siècle, est toutefois à l’origine de toutes les tentatives de s’élever dans les airs. La montgolfière, puis l’aérostat ont ouvert la voie aux ingénieurs qui tout au long du XIXe siècle ont cherché la façon d’améliorer la portance et la maniabilité des ballons à air chaud. C’est alors qu’est né le dirigeable, muni d’un moteur et d’une gouverne. Désormais libre de se mouvoir, il lui manquait l’attention d’un homme providentiel pour lui donner une chance d’avenir.
Ce fut le comte Ferdinand von Zeppelin, proche du Kaiser, ingénieur militaire mis à la retraite anticipée, natif de la région de Constance, à la frontière suisse, qui le fit passer, en 1900, du stade expérimental à sa version stratégique durant la Grande Guerre, puis commerciale en 1928, après qu’il eut été interdit exploitation par le Traité de Versailles.
Rigide, articulé, dangereusement gonflé à l’hydrogène, le dirigeable tentera de faire concurrence aux grands paquebots pendant une dizaine d’années. Le régime nazi le mit au service du prestige national, mais il sera mis au ban de la navigation aérienne à la suite de l’incendie qui détruisit le « Hindenburg » sur un aéroport de New York le 6 mai 1937. La catastrophe, qui a saisi de stupeur le monde entier, en fit aussitôt le « Titanic » du ciel.
Devenu militairement inutile, commercialement improbable, le dirigeable de la génération Zeppelin d’avant-guerre n’avait plus d’avenir en raison de sa dangerosité, de sa lenteur et de son incompatibilité économique. Pour autant, la société Zeppelin en Allemagne, ainsi que plusieurs autres dans le monde, proposent aujourd’hui des versions touristiques de la machine volante de von Zeppelin, mort en 1917. Le dirigeable de demain n’a plus le destin de révolutionner les transports modernes. En revanche, il a l’ambition de faire revivre une chimère : le rêve d’une expédition dont le long cours enchanteur fait oublier la destination le temps du voyage.
Zeppelin
Haut de page
evenement1.htmlevenement1.htmlshapeimage_11_link_0

L'auteur au musée Zeppelin de Meersburg

L'auteur à bord de la réplique du Hindenbur, au musée Zeppelin de Friedrichshafen

Rédaction du livre - table de travail de l'auteur

Interview pour France Loisirs

avec Daniel Bernard.

Interview de la RTS

avec Anik Shuin.